Revue de presse
 

La voix du Nord

07 décembre 2001

Jeux du Nord, jeux d'autrefois

Connaissez-vous la table à glisser, la grenouille, les sept quilles, le fer à cheval ou le dégomme ? Ces jeux anciens et bien d'autres comme le trou madame ou le billard japonais (si, si, ça existe) sont actuellement présentés dans le cadre somptueux de la salle du conclave, au palais Rihour de Lille, par l'association Wellouëj. Cette association créée en 1997 s'est donné pour mission de récupérer et de restaurer les jeux anciens, des origines aux années soixante, et elle le fait très bien si l'on en juge par la qualité des objets présentés à Lille jusqu'à la fin du mois de décembre. Couleur locale. Au centre de cette présentation, les jeux régionaux, généralement faits de bois, témoignent de l'imagination sans limite de nos ancêtres quand il s'agissait de se détendre après des journées de travail bien longues. Jeux de plein air, comme le billon joué à Cambrai, dans le Douaisis ou l'Avesnois, comme la bourle ou le célèbre javelot mais aussi jeux d'intérieur comme ceux qu'on trouve encore dans certains estaminets flamands. Le billard japonais, encore lui, est ainsi nommé parce que ses inventeurs pensaient que seuls les Japonais auraient la patience suffisante pour faire rouler la boule de bois dans les cavités numérotées... Ailleurs, on trouve aussi l'ancêtre du flipper, le billard à clous, sur lequel on peut jouer sans craindre la panne d'électricité ou d'être mis hors jeu par un tilt sonore. Un must encore, le billard Nicolas vous promet de belles parties de rigolade lorsqu'il s'agira de pousser une petite bille de bois avec une poire en caoutchouc. Très complète, l'exposition proposée par Wellouëj s'intéresse également aux jeux de société dont certains demeurent récents comme le Mille Bornes. Mais ne sont-ils pas déjà passés dans le catalogue des valeurs sûres ? Jusqu'au 30 décembre, de 10 h 19 h, salle du conclave, palais Rihour, place Rihour Lille.

La revue mutualistes

janvier 2002

"Le jeu porte en lui les outils pour mener une action socialisante et éducative, précise Jean-Christophe. Il inculque le respect des règles." Forte de ce constat, Wellouëj multiplie les initiatives auprès des jeunes, à l'école primaire, mais également dans les centres sociaux et les bibliothèques avec l'Ecôojeux, une animation qui les sensibilise à l'histoire des jeux et à leur fabrication à partir de matériaux de récupération. L'association parcourt aussi les chemins du Nord avec une exposition itinérante. Depuis quelque temps déjà, le petit groupe rêve d'un projet plus global: un véritable centre de ressources dédié au jeu, intergénérationnel et ouvert à tous, qui présenterait des expositions et serait doté d'une salle de cabaret; "une sorte de casino du peuple" avec des salles pour organiser des tournois, avec également une ludothèque, un "comptoir" pour acheter des jeux du commerce équitable, un atelier pour créer et restaurer des jeux. Reconnue par le public et les médias, Wellouëj, qui a un agrément d'éducation populaire, bénéficie de subventions du conseil général au titre des emplois-jeunes, mais ne reçoit pas de subventions de fonctionnement.

Frédérique PLANET.

Liberté Hebdo

février 2002 - n480

Wellouëj, Commençons par jouer ensemble !

Wellouëj s'est donnée comme but de promouvoir et de sauvegarder le patrimoine ludique de notre région. Mais il s'agit surtout, de créer du " lien social " autour de ces jeux, qu'ils soient un moyen de rencontre, d'échanges, de tolérance et de plaisir. " Ces jeux ne sont pas faits pour rester dans un musée, derrière des vitres mais doivent être des vecteurs de culture, de vie, de certaines valeurs... ". Anecdotes : " Un jour, une personne âgée en situation précaire est venue participer à l'animation qu'on proposait dans un quartier de Lille. Petit à petit, elle s'est mise à raconter sa vie, des histoires, et les jeunes sont restés là, à l'écouter, tout simplement. Au moment de partir, elle nous a remercié pendant dix minutes. Une autre fois, ce furent des voisins de palier qui n'avaient jamais pris le temps de se parler. Ils ont fait connaissance en jouant. Les jeunes, aussi, réalisent qu'il est possible de vraiment s'amuser avec trois bouts de bois. Ils découvrent le plaisir de jouer avec leurs parents, des personnes âgées... Même dans les quartiers réputés difficiles, la violence est absente au cours de nos interventions " explique Jean-Christophe.

Natacha PASTOUKOF.

Le Monde

28 mars 2000 - supplément économie

Dans le Nord, les jeux traditionnels tissent le lien social et rapprochent les générations

En juin 97 Wellouëj profite de la fête du quartier de Wazemmes pour faire connaître les jeux qu'elle avait redécouverts.... Jeux flamands oubliés que l'on pratiquait encore il y a 20 ans. Le succès est immédiat, l'association est sollicitée pour les journées du patrimoine. (...) L'étape suivante fut d'organiser des animations dans les fêtes de quartier, de village ou à domicile. Le bouche à oreille a certainement bien fonctionné puisque sont venues ensuite les écoles, les kermesses et les comités d'Entreprise. Tout cela sans publicité. Parce qu'elle permet de recréer du lien social et une animation culturelle là où, en ville comme à la campagne, ils manquent cruellement, l'association Wellouëj a reçu le soutien d'institutions variées *. Ce qui lui permet de rémunérer aujourd'hui quatre salariés, dont un CEC (contrat emploi consolidé), occupés à préparer, stocker, transporter le matériel, à organiser les animations, expliquant les jeux, leur histoire, leurs règles. Wellouëj propose une trentaine d'animations possibles autour des jeux traditionnels du Nord ou du monde entier.